Gallery

Saif al-Islam Kadhafi: “Je suis le fils de la Libye”

Saif al-Islam Kadhafi: je n’accepterai pas les condoléances jusqu’à ce que le sourire revient aux lèvres de Elhadja Safia

ALGERIA ISP/ Selon Seven Days News, dans une lettre qui est la première depuis (le massacre de sang et de destruction) commis par l’otan et les rebelles (Syrte égorgée) et (Bani Walid blessée), et après des rapports contradictoires sur son sort, Saif al-Islam Kadhafi, dans une lettre à Seven Days News, a décidé de communiquer publiquement pour effectuer son devoir envers sa famille, et aux fidèles du peuple libyen.

Saif al-Islam a dit: Je rassure ma famille, ma mère et mes frères, je vais bien, et je suis toujours le même que vous m’aviez connu. Je ne peut pas trahir la volonté de mon père vivant, comment trahir sa volonté et son sang mort.

Il a ajouté : Les fidèles du peuple libyen, je leur dis, si nous voulons reculer, nous pouvions le faire, avant qu’on paye tout ce prix, mais maintenant nous avons passé depuis longtemps la ligne sans retour. Nous l’avons dépassé par le sang qui a coulé et la tentative de mépriser des grands hommes qui ne savent s’agenouiller qu’à Dieu seulement.

Il a ajouté: Je suis en ce moment historique et j’essaye d’éclaircir les choses, parce que certaines personnes croient que tout est terminé, alors que tout a commencé aujourd’hui. J’étais toujours un croyant de la défense de la Libye, et la vengeance des traîtres et des criminels qui ont démontré leur vrais visages au monde entier, et même si je n’étais pas un croyant de la défense de la Libye, ce qui est arrivé me pousse à retourner leur journée en nuit et leur vie en enfer, et semer la mort autour d’eux, où qu’ils soient.

Saif al-Islam a dit: “Je n’accepterai pas de condoléances pour mon père, ni mes frères, jusqu’à l’accomplissement de mon travail et mon devoir, même après cinquante ans ».

Saif al-Islam a dit : «Je demande à tous les croyants de mon affaire, qui partagent mon amour de la Libye honnête, ils sont nombreux, qui partagent avec moi la douleur de perdre un être cher, ils sont nombreux, qui partagent avec moi la douleur, la vengeance et le devoir de résistance, je les invite à ne pas récupérer la couronne perdue, mais pour récupérer la Libye perdue, pour récupérer l’honneur perdu. ”

Saif al-Kadhafi a dit: les rebelles ont mis le feu et il faudra qu’ils supportent l’incendie, ils ont versé le sang, il y aura alors un fleuve de sang, nous les pardonnerons jamais, même si l’otan ne se retire pas de la Libye, il ne pourra jamais les protéger dans leurs maisons, leurs voitures et à leurs fêtes et dans leurs lieux de travail.

Saif al-Kadhafi a conclut en disant: Mouammar Kadhafi puisse dieu avoir pitié de lui nous a interdit de les brûler et nous pouvions faire cela, et il nous a interdit de bruler les puits de pétrole et j’ai même suggéré avant la chute de Tripoli de faire sauter l’aéroport mais il a refusé, mais aujourd’hui, qui les protège de nous? Je vais les bruler jusqu’à ce que le sourire revient aux lèvres de ma mère El Hadja Safia et que ma soeur Aîcha se réjouisse et fera des youyous et jusqu’à ce que la joie revient à chaque coeur plein de douleur en Libye.

Les rebelles ne sont pas courageux et ils ne seront jamais et les martyr Moatassem Kadhafi les a montré ce qu’ils valent et brigades de Moatassem vont leurs montrer plus.

Je suis le fils de mon père. Le frère de Moatassem et je suis le fils de la Libye. Je suis l’un des milliers de personnes qui ont hérité de la blessure et de la vengeance, et nous n’allons pas respecté le sang des martyrs de la Libye, si nous ne poursuivons pas leurs assassins partout, jusqu’à ce que la terre se rétrécisse autour d’eux.

Comments are closed.